top of page
Athlete with Amputated Leg

Notre histoire

Notre histoire

Fondation de l'Association Canadienne des Médecins Handicapés

Au cours de la période de la fin des années 1980 au début des années 1990, alors que ma vision se détériorait lentement, j'ai commencé à penser à d'autres médecins au Canada qui pourraient être aux prises avec leur propre handicap.  Cette pensée a fermenté dans mon esprit pendant quelques années. Une recherche a révélé qu'il n'y avait pas de données démographiques disponibles au sujet des incapacités chez les médecins. En 1990, j'ai été élu vice-président pour les Amériques (Nord, Centre et Sud) d'une association internationale, l'International Rehabilitation Medicine Association (IRMA), ce qui m'a donné l'occasion d'entrer en contact personnel avec un certain nombre de physiatres, même comme moi, du monde entier.  Pendant ce temps, j'ai commencé à faire des demandes informelles avec certains de mes nouveaux amis à l'IRMA concernant tout groupe ou association de médecins handicapés dans leur propre pays. J'ai découvert qu'il n'y en avait pas.

En 1994, lors du Congrès mondial de l'IRMA qui s'est tenu à Washington DC, j'ai été élu au 3e et dernier scrutin au poste de secrétaire général de l'IRMA pour une période de quatre ans.  Bien que ces quatre années se soient avérées très chargées, cela m'a donné l'occasion de mener une enquête plus formelle et systématique auprès de divers membres de  IRMA sur les six continents pour déterminer s'il existait une organisation structurée répondant spécifiquement aux besoins de  médecins handicapés.  Une fois de plus, j'ai découvert qu'il n'existait aucune organisation de ce type dans le monde.

À la fin de mon mandat de secrétaire général, j'ai pris la décision de former une organisation qui rassemblerait les médecins canadiens handicapés.  Soit à la fin de 1998 ou au début de 1999, j'ai contacté le Dr Leo Paul Landry, PDG et secrétaire général de l'Association médicale canadienne (AMC) et j'ai exprimé mon désir de former une association pour les médecins handicapés.  Le Dr Landry était très favorable à cette idée.  En effet, je me souviens de ses commentaires selon lesquels l'AMC est là pour aider ses membres de toutes les manières possibles et si et quand il y a un besoin démontré de former une association de médecins ayant des besoins spécifiques, l'AMC serait heureuse d'aider.  ; Naturellement, le Dr Landry m'a laissé le soin de faire les démarches, mais a proposé d'annoncer la nouvelle association dans l'un des bulletins de l'AMC qui accompagnait le JAMC.

J'avais déjà pensé à un nom « L'Association canadienne des médecins handicapés » que j'ai demandé à ma femme Anita d'écrire sur une feuille de papier ordinaire et de la placer dans un nouveau dossier.  Si je me souviens bien, c'était probablement en février 1999.  Après plusieurs jours et quelques réflexions supplémentaires sur le type de  nouvelle association CAPD devrait être, soit ouverte à tous les handicaps (physiques comme mentaux) soit plus spécifique aux handicaps physiques, j'ai fortement opté en faveur d'une association inclusive.  À peu près au même moment  J'ai sorti le papier de la chemise et j'ai écrit dessus, sous CAPD, la liste des membres qui ne comprenait qu'un seul nom; le mien !  Après la parution de l'article dans le bulletin de l'AMC, j'ai reçu une demande téléphonique d'une jeune femme médecin de Toronto qui, avec son mari, voulait se joindre à l'association.  Leurs noms ont été rapidement ajoutés à la liste des membres.  Quelques jours plus tard, j'ai reçu un e-mail touchant de Nicholas Walker à qui j'ai téléphoné ce soir-là et j'ai eu une merveilleuse conversation avec lui.  Au cours des semaines et des mois qui ont suivi, le nombre de membres de la CAPD a progressivement augmenté au point qu'au moment de sa réunion inaugurale, nous étions vingt-six membres.

L'inauguration du ACMH

Ayant assisté à l'Assemblée annuelle de l'AMC en 1999 à l'invitation du Dr Landry, j'ai décidé d'organiser l'assemblée inaugurale de la CAPD conjointement avec l'AMC en 2000.  Ainsi, la réunion fondatrice de l'AMCH a eu lieu le dimanche 13 août 2000 dans la salle Cypress de l'hôtel Bessborough, siège de l'AMC, à Saskatoon, en Saskatchewan.  Avant cette réunion, j'avais envoyé des avis à tous nos membres d'alors et j'avais également sollicité par téléphone s'ils seraient disposés à occuper l'un des postes de président, de vice-président ou de secrétaire.  La réponse était toujours la même, à savoir qu'ils pensaient tous qu'en tant que fondateur, je devais être le premier président de la CAPD.  Conformément aux souhaits des membres et également par élection, j'ai été dûment nommé et élu président de la CAPD lors de sa réunion fondatrice.  Ulla Nielsen a été élue vice-présidente et Nicholas Walker secrétaire.  Lors de cette réunion, j'ai été habilité à former un conseil d'administration et j'ai également reçu le pouvoir de nommer les présidents et les membres des comités permanents.  Les comités permanents étaient le comité des membres, présidé par Anne Mildon, le comité des finances, présidé par Nick Walker et le comité des nominations, présidé par moi-même.  J'avais également proposé cinq régions d'adhésion à travers le Canada avec un membre représentant chacune de ces régions au sein du conseil d'administration.  J'ai réussi à combler assez rapidement les compléments du Conseil ainsi que des Comités permanents grâce à l'enthousiasme initial de nos membres.

 

Affiliation à l'Association médicale canadienne

Peu de temps après la fondation de l'ACMH, j'ai de nouveau contacté l'AMC pour déterminer comment nous pourrions travailler en étroite collaboration avec notre organisme parent, l'AMC.  J'ai été informé que l'AMCH était éligible pour devenir officiellement affiliée à l'AMC.  Au début de 2001, j'ai fait une demande officielle au nom de la CAPD pour devenir une société affiliée à l'AMC.  En réponse à ma demande, l'AMC m'a demandé de lui fournir (a) une liste des membres et (b) la constitution et les règlements administratifs de l'ACMH.  La liste des membres était nécessaire pour que l'AMC s'assure que la majorité de nos membres étaient également membres de l'AMC conformément aux exigences stipulées dans leurs règlements administratifs. Nous avons facilement répondu à cette exigence.  Cependant, l'ACMH n'avait ni constitution ni règlement intérieur.  J'ai décidé de relever le défi de rédiger notre propre constitution et règlements, ce qui a été fait avec l'aide de la division des membres de l'AMC et aussi avec l'aide d'Anita. Lors de la première réunion biennale de l'ACMH, tenue à Toronto, en Ontario, le 11 mai 2002, notre constitution et nos règlements ont été approuvés à l'unanimité par les dix-sept membres présents.  Nous avons établi une structure de frais d'adhésion et avons également adopté l'énoncé de mission de l'ACMH. Au moment de cette réunion, l'ACMH comptait quarante-huit membres actifs, avec des membres dans chacune des provinces du Canada.  La veille de la réunion, des demandes de renseignements ont été reçues de trois autres médecins, dont deux ont par la suite rejoint l'association.

Lors de son AGA tenue à Saint John, au Nouveau-Brunswick en 2002, le Conseil général de l'AMC a approuvé à l'unanimité la demande de l'ACMH de devenir une société affiliée à l'Association médicale canadienne.

-Dr. Ashok Muzumdar

bottom of page