HISTOIRE

Les premières années menant à la Fondation de l’Association Canadienne des Médecins Handicapés

Par Ashok Muzumdar

Ottawa. Janvier 2009

Au cours  de la fin des années 1980 jusqu’au début des années 1990 – quand ma vision se déteriorait lentement -, j’avais commencé à penser autres médecins canadiens qui devaient  s’occuper de leurs propres incapacités. Cette pensée avait fermenté dans mon esprit pendant quelques années. Une recherche a révélé qu’il n’y avait  pas de données démographiques disponibles sur le sujet des incapacités chez les médecins.

En 1990, j’ai été élu Vice-Président International Rehabilitation Medicine Association (IRMA) pour les Amériques (Nord, Centre et Sud).  Celà représentait une opportunité pour moi pour  venir en contact personnel avec des  physiatres de partout le monde. Pendant ce temps j’avais commencé à faire des demandes occasionnelles à certains de mes nouveaux amis dans IRMA au sujet de n’importe quel groupe ou association de médecins avec incapacités dans leurs propres pays. J’ai découvert qu’il n’y en avait aucun.

En 1994 au cours du Congrès mondial de l’IRMA tenu à Washington DC, j’ai été élu sur le 3e et dernier bulletin de vote en tant que le Secrétaire général d’IRMA pour une période de quatre ans. Tout cela s’est avéré être une période très chargée de quatre ans. Ça m’a donné la chance de faire une enquête plus formelle et systématique avec différents membres de l’IRMA sur les six continents afin de déterminer s’il y avait une organisation structurée, spécifiquement adaptée aux besoins des médecins avechandicaps. Une fois de plus, j’ai découvert qu’il n’existait aucune.  À la fin de mon mandat comme Secrétaire général, j’avais pris la décision de former une organisation qui regrouperait les médecins canadiens handicapés. Soit en fin 1998 ou début 1999, que  j’avais contacté Dr Leo Paul Landry, Directeur et Secrétaire Général de l’Association Médicale Canadienne (AMC).  J’ai exprimé mon désir de former une association pour les médecins handicapés. Dr. Landry était très favorable à cette idée. En effet, je me souviens ses commentaires me disant que l’AMC soutient ses membres en toutes manières possibles. Lorsqu’il y aurait un besoin démontré de former une association de médecins ayant des besoins spécifiques, l’AMC serait heureuse d’aider. Dr Landry, tout naturellement,  m’avait indiqué les démarches qui  me restaient à suivre. Il m’avait  aussi offert d’annoncer la nouvelle association dans l’un des bulletins de l’ACM qui se trouvaient dans le JAMC.

J’avais pensé de «L’Association Canadienne des Médecins Handicapées » comme nom. J’ai demandé à ma femme Anita de l’écrire sur une simple feuille de papier et le placer dans un nouveau dossier. C’était probablement en Février 1999. Après plusieurs jours et une réflexion supplémentaire sur le type que la nouvelle association ACMH devrait être. Ouverte à tous les handicaps ? (physique et mental) ? ou des déficiences plus spécifiques à la santé physique?  J’avais opté fermement en faveur d’une association tout comprise. J’avais aussi pris le papier hors du dossier, et j’avais écrit dessous l’ACMH, la liste des membres qui ne comprenait qu’un seul nom ; mon propre nom! Après avoir signé l’article dans le bulletin de l’AMC, j’ai reçu un appel téléphonique d’une jeune médecine de Toronto qui, avec son mari, voulaient  joindre  l’Association. Rapidement, leurs noms ont été ajoutés à la liste des membres.

Quelques jours plus tard, j’ai reçu un courriel touchant de Nicholas Walker, à qui j’avais téléphoné, le soir même et j’ai eu une merveilleuse discussion avec lui. Dans les quelques semaines et mois qui ont suivis, le nombre de membres de l’ACMH augmentait  progressivement au point que, lors de sa réunion inaugurale, nous étions vingt-six membres.

L’Inauguration de l’ACMH :

Ayant assisté à la réunion annuelle 1999 de la ACM, à l’invitation du Docteur Landry, j’avais décidé d’avoir la réunion inaugurale de la ACMH en conjonction avec l’ACM en 2000. Ainsi, la réunion fondatrice de l’ACMH a été tenue le dimanche 13 août 2000. Dans la salle de Cyprès de l’hôtel Bessborough, place de l’AMC, à Saskatoon, Saskatchewan.  J’avais aussi contacte l’ensemble de nos membres soit par courriel or par téléphone pour voir s’ils seraient disposés à occuper un des postes de Président, de Vice-Président ou de Secrétaire. La réponse était toujours la même, ils ont tous estimé que comme le fondateur, je devrais servir de premier président de la CAPD. Dans le respect de la volonté des membres et également par élection, je fus dûment nommé et élu le Président de l’ACMH à son Assemblée de Fondation. Ulla Nielsen a été élue Vice-Présidente et Nicholas Walker comme Secrétaire. Lors de cette réunion, j’ai était habilité à former un Conseil d’Administration. J’avais également reçu l’autorisation de nommer les présidents et les membres des commissions permanentes. Les comités permanents sont: le Comité des Membres – présidé par Anne Mildon -, la Commission des Finances -présidée par Nick Walker-, et le Comité des Candidatures – présidé par moi. J’avais aussi proposé des régions, cinq membres partout au Canada avec un membre représentant chacune de ces régions au Conseil d’Administration. Les compléments de la Commission ainsi que les comités permanents ont été  remplis assez rapidement grâce à l’enthousiasme initial de nos membres.

Affiliation avec l’AMC :

Peu après la Fondation de l’ACMH, j’ai contacté une nouvelle fois l’AMC afin de déterminer comment nous pourrions travailler en étroite collaboration avec notre maison mère. J’ai été informé que l’ACMH a le droit de s’affilier officiellement avec l’ACM. Au début de 2001, une demande officielle au nom de l’ACMH a été faite pour s’affilier à l’AMC. En réponse, l’AMC a demandé que je leur fournisse une liste des membres ainsi que la constitution de l’ACMH et  ses règlements. La liste des membres était nécessaire pour que l’AMC vérifie que la majorité de nos membres étaient également membres de l’AMC. Nous avons facilement satisfait à cette exigence. Cependant, L’ACMH n’avait pas de constitution ou de règlements. J’ai décidé de relever le défi d’écrire notre propre constitution et nos règlements. Ceci a été fait avec le soutien de la Division des Membres de l’AMC et aussi avec l’aide de ma conjointe Anita.

À la première Biennale de ACMH, tenue à Toronto le 11 mai 2002, notre constitution et nos règlements ont été approuvés à l’unanimité par les dix-sept membres présents. Nous avons mis en place une structure de frais d’adhésion et également adopté la déclaration de mission de la ACMH. Lors de cette réunion, ACMH avait quarante-huit membres actifs, avec des membres dans chaque province canadienne. La veille, des demandes d’information sur notre Association ont été reçues de plus de trois médecins, dont deux par la suite se sont joints à l’Association.

Lors de son Assemblée générale qui s’est tenue à Saint John, au Nouveau-Brunswick, en 2002, le Conseil général de l’AMC a approuvé à l’unanimité la demande de l’ACMH pour devenir une société affiliée de l’Association Médicale Canadienne.